Kelly Burke et Paul Dubé veulent «regagner la confiance» des Franco-Ontariens

Le personnel de la nouvelle Commissaire aux Services en français de l’Ontario, Kelly Burke, appellera chaque personne qui aura déposé une plainte au sujet d’un service déficient avant de la traiter.

Ce service «personnalisé» – déjà pratique courante au bureau de l’Ombudsman Paul Dubé – sera plus efficace que dans le passé, ont assuré Mme Burke et M. Dubé en conférence de presse mercredi à Queen’s Park.

L’ancienne sous-ministre aux Services en français pendant 4 ans a été nommée à ce poste lundi, au terme d’une recherche de plusieurs mois qui a considéré une centaine de candidatures «sérieuses».

Kelly Burke

De la colère…

L’an dernier, l’ex-Commissariat «indépendant» aux Services en français a été intégré au bureau du protecteur du citoyen de la province, en même temps que l’ancien Défenseur de la petite enfance, générant des économies de 5,4 millions $ selon M. Dubé.

Contrairement à son prédécesseur François Boileau, Kelly Burke est donc désormais Ombudsman adjointe.

Considérée comme une rétrogradation et survenant en même temps que l’annulation du financement de l’Université de l’Ontario français (restauré en septembre), l’affaire avait soulevé la colère des Franco-Ontariens et avait trouvé des échos dans tout le pays.

La commissaire aux services en français Kelly Burke et l’ombudsman Paul Dubé.

… à la confiance

«Les Services en français relèvent maintenant d’une organisation plus puissante», fait valoir Paul Dubé, «et Mme Burke aura la même latitude et les mêmes pouvoirs que M. Boileau».

Il compare la situation à celle d’un avocat qui travaille seul (l’ex-Commissariat) à celle d’un avocat qui se joint à un cabinet établi aux ressources plus importantes (son bureau).

Tous deux se disent conscients qu’il leur faut «regagner la confiance» de la communauté. Mme Burke est une avocate qui a passé plus de 20 ans dans la haute fonction publique ontarienne, et qui connaît déjà les dossiers et les intervenants.

Kelly Burke

Rebâtir l’équipe

Ses priorités sont aujourd’hui de rebâtir l’équipe du Commissariat, recommencer à surveiller la prestation des services en français et «rehausser le profil de la communauté franco-ontarienne» au gouvernement et dans la bureaucratie de la province.

Kelly Burke promet de rester aussi «proactive» que l’était François Boileau, de continuer de se pencher sur les problèmes «systémiques», et de toujours «éduquer le gouvernement et la bureaucratie» sur les droits et les besoins des francophones.

The post Kelly Burke et Paul Dubé veulent «regagner la confiance» des Franco-Ontariens appeared first on l-express.ca.