Joris-Karl Huysmans, critique d’art

Joris-Karl Huysmans critique d’art, c’est le titre d’un numéro de la revue L’Objet d’Art des éditions Faton, à propos d’une exposition du Musée d’Orsay à Paris, en cours jusqu’au 1er mars 2020.

L’intérêt incontestable de cette revue est double. D’une part, c’est l’occasion de faire connaissance avec Huysmans. Et d’autre part de connaître les artistes de son époque dont il fait la critique, et d’ajouter ainsi leurs noms et tableaux à notre répertoire d’artistes,

Charles Marie Georges Huysmans

Joris-Karl Huysmans est le nom sous lequel Charles Marie Georges Huysmans, critique d’art et écrivain français, publie ses textes.

Il est né le 5 février 1848 à Paris. Son père néerlandais venait des Pays Bas et se nommait Goderiez Huysmans, tandis que sa mère était Française d’origine et enseignante dans une école.

Joris-Karl passe une enfance heureuse et studieuse, selon les critères de l’époque et la responsabilité de ses parents, notamment de son père lithographe, utilisant donc un procédé particulier d’impression.

Naissance de Vénus par William Bougereau, 1879, p. 25.

Écrivain

En 1866, il est recruté par le ministère de l’Intérieur et il y passera toute sa carrière.

Celle-ci fait de lui non un fonctionnaire peu connu, mais un romancier et un critique participant  à la vie littéraire et artistique de cette période, la fin du XIXe siècle, jusqu’à sa mort à Paris le 12 mai 1907.

«Défenseur du Naturalisme à ses débuts (il collabore au recueil Les soirées de Médan), il rompit avec l’école littéraire créée par Émile Zola pour explorer les possibilités nouvelles offertes par le Symbolisme et devint le principal représentant de l’esthétique fin de siècle.» (Wilipédia)

«Dans la dernière partie de sa vie, il se convertit au catholicisme et renoua avec la tradition de la littérature mystique.»

Galatée par Gustave Moreau, vers 1880, p. 11 et 4e de couverture.

Maîtres hollandais

L’Objet d’art des éditions Faton s’ouvre par l’énoncé suivant: «Tour à tour naturaliste, décadent puis mystique, l’écrivain Joris-Karl Huysmans (1848-1907) s’est aussi imposé comme un éminent critique d’art.»

«Il se passionne d’abord pour les maîtres du Siècle d’or hollandais et signe à la fin de sa vie de beaux textes sur les Primitifs, mais c’est le chroniqueur de l’art de son temps que le musée d’Orsay s’attache ici à mettre en lumière, à travers des œuvres de Manet, Degas, Moreau ou Redon.»

La revue nous propose donc une suite d’articles, illustrés pour la plupart, qui nous informent sur les artistes dont Huysmans faut état. Bien de ces noms nous sont inconnus parce qu’ils n’ont pas atteint une célébrité nationale ou internationale.

Ils sont pourtant représentatifs d’une nation et d’une époque.

Christ en croix par Odilon Redon, vers 1910, p. 2.

Articles

Voici la liste des articles de L’Objet d’Art dont on pourra prendre connaissance:

J.-K. Huysmans et l’art de son temps

Huysmans, l’œil et la plume

Les peintres de la vie moderne

Edgar Degas «Le premier de tous»

Claude Monet «un grand paysagiste»

William Bouguereau «la négation la plus absolue de l’art!»

Édouard Manet «la route à suivre»

Gustave Caillebotte «l’un des plus précis et des plus originaux»

Jean-Louis Forain «un esprit goguenard et sagace»

À rebours ou l’avènement du symbolisme

L’écrivain face à ses pairs

Gustave Moreau «un mystique enfermé, en plein Paris»

Un mysticisme singulier

Matthias Grünewald «naturaliste et mystique»

Huysmans en quelques dates»

Source inédite

Chaque peintre mentionné fait l’objet d’un article informatif et de la reproduction d’une de ses meilleures œuvres et parfois de plusieurs..

On le voit de suite, la lecture de cette revue est à la fois un divertissement par la variété des sujets traités, tout en étant une source inédite d’information artistique. Autrement dit, une occasion à saisir si l’on s’intéresse à l’art.

The post Joris-Karl Huysmans, critique d’art appeared first on l-express.ca.